Retour en Lorraine

En 1979, un voyage en Lorraine à l’occasion des luttes pour la sauvegarde de la sidérurgie, la rencontre avec Alex Jordan, photographe et graphiste, membre du groupe Grapus (nous créerons ensemble, avec Noak, le bar Floréal, en 1985),
Longwy, le Pays Haut, Lorraine cœur d’acier, la radio libre, les luttes, la résistance.
En 2008, à l’occasion du Mois de la Photo à Paris, je propose aux 10 photographes qui constituent le collectif de revenir en Lorraine.
Une exposition à la Maison des Métallos et dans notre Galerie du bar Floréal,
un livre aux éditions Trans Photographic Press.

Retour en Lorraine. 1979-2008.

En 1979, je vais à Longwy, photographier les luttes pour la sauvegarde de la sidérurgie Lorraine, Les aciéries crachent leurs fumées, les travailleurs se mobilisent contre leur fermeture . J’y rencontre Alex Jordan, photographe et graphiste, membre de Grapus, avec lequel nous allons quelques années plus tard, en 1985, fonder le bar Floréal.
Une radio libre est créée Lorraine cœur d’Acier, (les radios libres » sont interdites à cette époque), Son studio, « ouvert » à tous, il suffit de pousser la porte, est installé dans le hall de la mairie de Longwy-haut, et son antenne, longtemps recherchée par les gendarmes, est elle installée au sommet du clocher de l’église, juste à côté de la mairie.
Lorraine cœur d’Acier devient le cœur et la voix de cette lutte.
Cette lutte n’a pas été gagnée.
Aujourd’hui, toutes les usines ont disparu, plus de fumées à chaque coulée d’acier, les hauts fourneaux ont été détruits, celui de Thionville, qui venait tout juste d’être construit et était un des plus modernes d’Europe, a été démonté.
À l’emplacement de l’usine Usinor d’Herserange, ville voisine de Longwy, le long de la vallée de la Moulaine, s’étend aujourd’hui un golf, et dans la vallée voisine de la Chiers, une fois les aciéries détruites, on a construit le plus grand centre commercial d’Europe, le Pôle Européen.
Et chaque jour, 20 000 personnes vont travailler au Luxembourg.

En 2008, 30 ans plus tard, pour une exposition à l’occasion du Mois de la Photo à Paris, je suis retourné sur les lieux accompagné de mes collègues photographes du groupe « le bar Floréal » que j’avais fondé avec Alex Jordan (lui aussi était présent en 79 en Lorraine, membre du groupe de graphiste « Grapus », il y réalisa un portfolio photographique « Longwy vivra » vendu au profit des grévistes).

En 2017, une partie est présentée dans l’exposition « Paysages Français » à la BNF François Mitterrand et rejoint la collection de la BNF.

2008, Paysages mélangés.

Les photographies, toujours une mémoire du monde qui change.

Aux Éditions Trans Photographic Press

En 2009, aux Rencontres d’Arles, le Retour en Lorraine est projeté au cours de la Nuit de l’année.

Avec les photographies de Bernard Baudin, Jean-Christophe Bardot, Sophie Carlier, Éric Facon, Marc Gibert, Alex Jordan, Olivier Pasquiers, Caroline Pottier, Nicolas Quinette et André Lejarre.