Souvenirs, retour d’URSS…

Krasnodar, fin de journée dans un parc de la ville.

La Russie en guerre, folie pure, pure folie, l’horreur d’une guerre.

Qui ne nous fera pas oublier toutes les horreurs des guerres menées ici ou là, par d’autres pays, plus proches de nous, peut-être plus propres sur eux….

L’impérialisme est un désastre.

Souvenirs d’un voyage dans un pays qui n’existe plus, l’URSS, en 1987, tout au sud, dans une région, le Kouban, au nord du Caucase, dans une ville, Krasnodar, 300 000 habitants.

C’est le début de l’été, on parle de transparence et de reconstruction.

les étudiantes  en vacances vont dans les champs participer aux récoltes.

Ciel souvent bouché, la ville est tranquille, des orages traversent le ciel, la mer Noire est à 100 km.

On ne parle pas de la guerre, en Afghanistan, à 2500 km à l’est. Elle se terminera avec le retrait de l’armée rouge dans un an.

Le Caucase n’a pas encore explosé.

Si, on parle un peu de la guerre, des jeunes garçons rencontrés dans la rue disent être prêts à partir la-bas, s’il le faut.

Mon interprète, jeune femme de Moscou (« Nous les moscovites »...), se fâche quand je photographie des jeunes filles en uniforme de Komsomols *,

–  « Ne les photographiez pas ! »

–  « Pourquoi ? »

– « Ce sont des turques ! , c’est pas la peine…. »

Ces jeunes filles sont d’Azerbaïdjan ! Elles sont jolies, toutes rondes, souriantes. J’ai perdu les images (des diapositives), le désordre est l’ordre ordinaire de ma vie.

Je découvre la morgue de beaucoup de russes à l’égard des autres nationalités du pays.

*Jeunesses communistes

Retour obligé par Moscou.

En attendant l’avion du retour, promenade le dimanche après-midi , rue Arbat

Et le soir, au hasard d’une promenade,

Joseph Vissarionovitch Djougachvili est passé par ici, est passé par là, que reste t’il du grand rêve?  « la barque de l’amour s’est brisée sur la vie quotidienne  » écrit Volodia* avant de se tirer une balle dans le coeur.

Le nouveau monde peine à venir.

En bonheur
notre planète
n’est pas très fertile.
Il faut
arracher
la joie
chaque jour
à la mort.
Déserter
la vie
n’est pas très difficile
Commander
la vie
demande plus d’effort.

*Vladimir Maïakovski

Et bien sûr, si vous passez par Roubaix les semaines qui viennent, n’hésitez pas à pousser la porte de La Plus Petite Galerie du Monde (ou presque), dans l’ancienne usine textile, au 69 de la rue des Arts.

Catherine, Catherine Rauscher, qui partage ma vie, y montrera son travail aux côtés de Rita Fortin, l’artiste vénitienne.

Comments (22):

  1. Philippe

    Nov 21, 2022 at 22 h 25 min

    Merci André pour ces traces sensibles…

    Répondre
  2. Éric M

    Nov 22, 2022 at 3 h 31 min

    Merci André pour ces instants remplis du quotidien, dans l’attente de prochaines barques de l’amour qui ne s’y briseraient ni s’y échoueraient. Merci pour les Infos concernant l’expo des œuvres sensibles de Catherine et Rita, toutes 2 comme Toi et nous, toujours prêt-e-s à prendre les rames (et non son anagramme) de ces barques.

    Répondre
  3. fabre michel et sylviane

    Nov 22, 2022 at 7 h 50 min

    Oui ! « en bonheur la terre n’est pas très fertile »… cependant tes photographies sont toujours aussi sensibles et belles tant elles transpirent d’humanité. Cela est est rassurant de voir toutes ces personnes regardées de cette façon et fixées sur une pellicule qui nous disent que rien n’est totalement effacé. Merci pour ce partage, c’est un régal de voir ou revoir toutes ces images. Toujours le même regret de ne pas découvrir tous ces « Papiers croisés ». Il faudra bien que nous le fassions. Bises à vous deux.

    Répondre
  4. halary hureau mireille

    Nov 22, 2022 at 12 h 55 min

    merci pour toutes ces vraies photos,et contente d’avoir de tes nouvelles! ces 2 années de covid ont plombé beaucoup de choses plus ou moins bien vécues; les âges s’avancent et je suis en opérations de cataracte plus une poussée d’arthrose où même la marche devient vite fatigante,une infiltration la semaine prochaine…ET toi? Toujours dans une suractivité? A BIENTÖT MIREILLE

    Répondre
  5. joel houzet

    Nov 22, 2022 at 13 h 17 min

    un vrai « plaisir » de voir les photos et de lire tes commentaires. bravo cher André !

    Répondre
  6. Guillaume CHOCU

    Nov 22, 2022 at 17 h 52 min

    Très beau reportage, merci André et belle exposition à Catherine !

    Répondre
  7. Sigg Ivan

    Nov 23, 2022 at 6 h 44 min

    Superbes photos. Fortes. Parlantes. Toujours. Salut à toi et Catherine.

    Répondre
  8. Philippe Rauscher

    Nov 23, 2022 at 8 h 43 min

    Belles photos emplies de vérité comme toujours. Merci André. Affection à partager avec Catherine.

    Répondre
  9. Maite

    Nov 23, 2022 at 9 h 15 min

    Merci. Tes photos nous disent qu’un autre monde est possible. Alors, on continue en vivant, en ecrivant, en captant l’espoir, les bribes d’espoir parfois, partout.

    Répondre
  10. Michel Vialle

    Nov 23, 2022 at 9 h 53 min

    Magnifique… comme d’habitude… Tu es très prévisible, André. Bravo.

    Répondre
  11. gilles Fromonteil

    Nov 23, 2022 at 10 h 10 min

    super merci André pour ce petit voyage dans l’espace et le temps…. pouf… que c’est plus compliqué que nous avons pensé…. bises amcales Gilles

    Répondre
  12. Anne

    Nov 23, 2022 at 15 h 46 min

    Très belles et émouvantes photos en noir et blanc accompagnées de ces quelques phrases. L’oeil du photographe, son regard sensible et attentif, et la voix qui raconte le hors-champ, interroge. Jours tranquilles à Krasnodar au temps déjà lointain de l’URSS. Me reviennent les mots: Rêve-Révolu-Révolution, écrits à peu près à la même époque sous ses pochoirs, sur les murs de Belleville, par Le Bateleur. Depuis l’effondrement a bien eu lieu, mais le pire (l’empire) est resté, en tout cas dans la tête de certains. Et beaucoup de barques se sont brisées là-bas comme ailleurs. Il faut continuer à ramer, malgré tout. Bravo et merci André!

    Répondre
  13. Fouzia

    Nov 23, 2022 at 16 h 18 min

    Merci pour ces belles photos où l’on ressent bien la douceur de ton regard.

    Répondre
  14. Joëlle COUSINAUD

    Nov 23, 2022 at 17 h 48 min

    Merci beaucoup, je retrouve aussi tous les moments passés en CCCP avec ces gens formidables qui ont marqué ma vie…

    Répondre
  15. Paul CASSAR

    Nov 23, 2022 at 18 h 11 min

    Merci André pour toutes ces photos. Nous nous étions croisés à Saint-Etienne il y a déjà trop longtemps en 2018 ! Les souvenirs d’un soir de vernissage et une phrase de Paul Eluard me venaient à l’esprit en regardant avec application ces photos aujourd’hui « Au nom de mon espoir je m’inscris contre l’ombre. » Bravo à vous ou à toi, je ne sais plus, et surtout grand merci !

    Répondre
  16. Amélie Gautier

    Nov 25, 2022 at 10 h 27 min

    Merci André, j’ai connu cette réalité là de l’URSS 4 petites années plus tard, quelques mois avant sa fin. Et ce voyage a transformé ma vie. Tes photos et tes mots me touchent tout particulièrement.
    Et tu me donnes furieusement envie d’aller faire un tour à Roubaix.
    Bises à vous deux.

    Répondre
  17. Jean Clais

    Nov 25, 2022 at 11 h 03 min

    Grand merci André pour ces beaux témoignages historiques qui nous relient à l’actualité.

    Répondre
  18. Pierre

    Nov 25, 2022 at 15 h 17 min

    J’apprécie toujours énormément ton travail mon ami André, toujours dans le juste, leréalisme, le vrai, grâce à ton esprit et à ton œil précis, avec d’autres, gardons espoir qu’un jour, le monde devienne meilleur que ce qu’il est devenu aujourd’hui.

    Répondre
  19. Giulia Rodino

    Nov 25, 2022 at 18 h 03 min

    Merci pour ce partage, c’est toujours un très beau moment de découvrir tes photos et les textes qui les acompagnent…

    Répondre
  20. Esther Desmier

    Nov 26, 2022 at 7 h 54 min

    Merci André ! C’est magnifique ! Images et mots…Je vous embrasse tous les deux…

    Répondre
  21. Marie Maurel

    Nov 27, 2022 at 9 h 03 min

    Que de poésie et de largeur de champ dont témoignent ces noirs et blancs paisibles , ces carrés de vie, où l’oeil de l’imaginaire a pris place …

    Répondre
  22. François mairey

    Nov 27, 2022 at 19 h 19 min

    Oui André, tes images et tes mots magnifiques transpirent l’humanité. Comme toi ! Comme vous, toi et Catherine. Chapeau bas !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *