Parler de soi

Autoportrait. Mars 2008.

C’est curieux, cette époque si peu épique, où l’on se regarde vivre, on étouffe,

l’horizon est là à nos pieds

La difficulté de se regarder,  d’être  un peu content de soi, de se regarder vieillir.

C’est vrai,

on se voit vieillir.

On ne se voit pas vieillir,

ce qui est la même chose.

Feuilleter le petit livre d’autoportraits de Willy Ronis, et se dire « pourquoi pas »

Des images prises comme ça, sur un coin de table, sur le miroir d’une salle d’attente,

dans ces moments d’attente et d’ennui.

Le photographe qui a toujours cherché à disparaître de ses images,

qui a toujours détesté les images de soi, et qui s’y est toujours trouvé l’air con,

un pas de côté, se regarder regardant,

des images, peut être comme un rappel à l’ordre, ou quelque chose comme un crachat sur soi,

ou bien une petite musique contente d’elle même,

La photographie est aussi célébration, on met ou on quitte son masque,

mon cul sur la commode ou rappel à un peu d’humilité,

d’où venons nous ? Tout simplement, avec nos rides, nos fatigues, nos façons de marcher.

Un oiseau est posé sur l’épaule de chacun de nous.

le photographe regarde d’où il vient,

quelques photographies tricotent sa mémoire,

Une paysanne, Alphonsine, l’arrière grand-mère, dite Mémère Foncine,

Alphonsine, arrière grand-mère

Alphonsine, arrière grand-mère

et Emile, son mari, dit Pépère Emile,

Emile, et son coeur bleu

tous deux avec un coeur immense,

et leur fille Marguerite, paysanne, grand-mère, dite Mémère Marguerite, 

séduite puis abandonnée, avec un petit garçon, Edmond, qui fit son chemin dans l’école de la République.

Edmond, dans sa blouse grise, et sa femme Denise, elle aussi institutrice, qui apprit à lire à tous ses enfants.

La photographie de mariage se fera dans la cour de la ferme,

une bassine sera oubliée dans l’image, comme un rappel à la modestie,

On est en 1928, 10 ans après la fin de la guerre, Edmond et Denise ont tout juste 21 ans,

et le frère ainé de la mariée, l’oncle Gaston, revenu à 2 d’une attaque au  Chemin des Dames où il était parti avec les 300 soldats de son bataillon et qui toute sa vie rumina en roulant les « R » une grande question sans réponse.

(Réécouter la chanson d’Allain Leprest, « tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom » ).

50 ans plus tard, combien de pulls Marguerite et Denise ont elles tricoté pour leurs enfants et petits enfants, à combien d’enfants Denise a-t-elle appris à lire et à écrire, et Edmond, combien d’enfants a-t-il menés au Certificat d’études  et à l’entrée en 6 ème ? Combien de Canards enchaînés a-t-il lu depuis la fin de la guerre, combien de fois a-t-il chanté le Temps des Cerises d’une voix de plus en plus incertaine à la fin des repas de fête ?

Et Denise, la maman, se plaignant toujours d’être mal peignée, plutôt ronde, et petit à petit,

se rapetissant, jusqu’à disparaître.

Nous resterons rois de nos douleurs,

Alors on arrête et on continue, sous le regard bienveillant des danseurs de Louis Soutter.

une  autre célébration:

Je vous invite à pousser la porte de l’atelier de celle qui partage ma vie, Catherine,

Catherine,

Catherine Rauscher,

qui ouvre la porte de son atelier les 28, 29, 30 et 31 mai,

18 rue de Tourtille, à Belleville,

à l’occasion des Portes Ouvertes des Ateliers de Belleville 2021

(Dessiné en janvier)

Comments (38):

  1. Philippe Rauscher

    Mai 17, 2021 at 16 h 07 min

    Émouvant comme toujours. Merci André.

    Répondre
  2. Marianne

    Mai 17, 2021 at 16 h 54 min

    Merci, c’est très émouvant!

    Répondre
  3. Michelet

    Mai 17, 2021 at 17 h 20 min

    Ravie de te découvrir un peu plus,nous ne manquerons pas de passer à l’atelier à l’occasion des portes ouvertes .En attendant, bonne pêche pour les prochains « Mercredi à Rungis ».Bises

    Répondre
  4. Florence Haguenauer

    Mai 17, 2021 at 17 h 46 min

    Magnifique. C’est bel et bon d’avoir de tes nouvelles de cette manière là. Merci

    Répondre
  5. sylviane fabre

    Mai 17, 2021 at 19 h 18 min

    Parler de soi, reste un merveilleux hommage aux tiens. Voir et se reconnaître dans tous ces visages, tous ces moments de vie qui surgissent comme un lien résolument amoureux à la fois éternel et éphémère. merci André. merci.

    Répondre
  6. Fanny langevin

    Mai 17, 2021 at 19 h 58 min

    émouvant oui, mais plein d’énergie aussi.

    Répondre
  7. Thomas Landon

    Mai 17, 2021 at 20 h 40 min

    Magnifique et très émouvant, cher André. Nous viendrons pendant les journées portes-ouvertes. Je vous embrasse tous les deux

    Répondre
  8. Jean-Robert Franco

    Mai 17, 2021 at 20 h 41 min

    C’est très beau et très poignant tout ça. C’est l’histoire un peu incompréhensible de l’humanité qui persiste à se succéder à elle même tout en permettant à chacun d’entre nous d’effectuer sa ronde, de se livrer à ses facéties, faire son petit tour et puis s’en va…

    Répondre
  9. Nicolas Quinette

    Mai 17, 2021 at 20 h 47 min

    Bravo André, ta série est très touchante

    Répondre
  10. Blumental David

    Mai 17, 2021 at 21 h 03 min

    J’ai beau être laminé par la COVID en ce moment, mais dans ma chambre d’hôpital ce cahier de souvenirs et de notes a mis de la chaleur et de la tendresse. Merci André

    Répondre
  11. Giulia

    Mai 17, 2021 at 21 h 54 min

    C’est toujours aussi beau et émouvant de voir et de lire… merci. Giulia

    Répondre
  12. Pavlowsky

    Mai 17, 2021 at 23 h 20 min

    Je passerais! Voir ces photos , rares , elles touchent juste !

    Répondre
  13. ibadioune lounis .

    Mai 18, 2021 at 0 h 43 min

    j’ai bien recu ton mail et les differents photos que je trouve de bonnes qualites et les expressions que leurs donnes .mes amities .

    Répondre
  14. Michel Grosman

    Mai 18, 2021 at 2 h 31 min

    Voilà une belle manière de se raconter et qui donne envie d ‘en connaitre plus. La photo quand elle est humaine attire le regard et donne envie de connaître l’envers du décor.

    Répondre
  15. Jacqueline Schuchman

    Mai 18, 2021 at 8 h 02 min

    Très intéressant j’aime beaucoup !

    Répondre
  16. Catherine Gégout

    Mai 18, 2021 at 8 h 46 min

    Un grand merci André, comme cet album te ressemble!

    Répondre
  17. Iwona Lisicki

    Mai 18, 2021 at 9 h 30 min

    Parfois le passé nous fait envie, nous aimerions y retourner mais ce n’est pas raisonnable, on le garde dans nos rêves et nos photos. Merci André, grâce à tes photos j’ai voyagé dans le passé. Les temps sont mornes, figés, j’ai beaucoup aimé vous retrouver à l’atelier la dernière fois, je vais essayer d’y passer à nouveau. A bientôt

    Répondre
  18. Max Denes

    Mai 18, 2021 at 9 h 36 min

    Tu ressembles bien à Denise. A bientôt. Je vous embrasse.

    Répondre
  19. Gérard Tuscher

    Mai 18, 2021 at 10 h 17 min

    …et ,surpris, voilà que l’ intime nous méne a l’universel…si touchants tous les deux..indissociables…

    Répondre
  20. Alex Jordan

    Mai 18, 2021 at 10 h 29 min

    Vie poétique toujours…

    Répondre
  21. Suzel Galia

    Mai 18, 2021 at 10 h 46 min

    André, le discret, a osé baisser un petit peu le masque… et ce peu est fort beau. J’aimerai tant m’asseoir dans la cuisine, aux coté de Denise et Marguerite…
    Après « Les cadeaux du hasard » et « Confinement » tu nous fais encore un magnifique cadeau !

    Répondre
  22. BETEMPS

    Mai 18, 2021 at 11 h 08 min

    Merci André pour ce moment d’humanité pour la sensibilité des photos et la tendresse des mots. Cela donne sacrément envie de remettre l’horizon à sa place.

    Répondre
  23. Jean-Jacques Barey

    Mai 18, 2021 at 11 h 59 min

    Magnifique ! Comme Florence : c’est bien d’avoir de tes nouvelles de cette façon… Comme Catherine : cet album te ressemble… En faire un livre ?

    Répondre
  24. Charlotte Flossaut

    Mai 18, 2021 at 16 h 13 min

    Bravo et merci André! Pas facile pour toi, mais il fallait nous laisser nous approcher de ton histoire, pour nous, pour toi, pour eux, pour tes photographies…C’est fait et si bien….

    Répondre
  25. Chaunac Jean-Claude

    Mai 18, 2021 at 17 h 20 min

    Une ballade photographique poétique pleine d’humanité entre deux mondes. Merci André pour ce magnifique partage!

    Répondre
  26. Stephan Norsic

    Mai 19, 2021 at 11 h 16 min

    J’aime. Merci pour ce petit voyage. C’est sensible.

    Répondre
  27. quesnay

    Mai 19, 2021 at 15 h 27 min

    Bonjour et merci amis,
    j’aime beaucoup le dessin peinture de Catherine qui précède l’invitation aux portes ouvertes des ateliers de Belleville 2021, cette trace ocre brique qui semble recouvrir deux … présences photos(?), dissimulées dessous, à la suite des portraits ,André, que tu partages.

    Irène

    Répondre
  28. Florence Ostier

    Mai 19, 2021 at 18 h 49 min

    Cher André, mais quelle belle surprise. Oui c’est beau et émouvant. Merci pour cet autoportrait minimaliste dans lequel tu réussis à inscrire tes pas dans ceux de tes ayeux et à travers eux à donner visage à tous ces « gens de peu » qui ces 100 dernières années ont incarné -quoique invisibles- l’ossature du pays. Bravo, j ai beaucoup aimé.
    Amitiés et fortes pensées. Un grand bonjour à Catherine. Belles journées Portes Ouvertes 2021 ! Flo.

    Répondre
  29. Marie-Françoise Lipp

    Mai 19, 2021 at 20 h 38 min

    Ainsi passe le temps. Toujours dans le même sens. Pas de rewind. On ne t’oublie pas.

    Répondre
  30. Christian Esthevenin

    Mai 19, 2021 at 22 h 08 min

    Merci André de ces moments de retrouvailles poétiques…
    Ému… très ému… à retrouver ces lieux… à plonger dans l’histoire de nos souvenirs… Merci !! C’est magnifique !!!

    Répondre
  31. Jean-Louis Sani

    Mai 20, 2021 at 0 h 23 min

    Merci André c’est tout simplement superbe cette trace de vie que tu nous offre

    Répondre
  32. Patricia Lecomte

    Mai 20, 2021 at 6 h 53 min

    Ça transporte… faire de l’épique des “petites vies”… merci André 😉

    Répondre
  33. Jean-Louis Sagot-Duvauroux

    Mai 20, 2021 at 11 h 17 min

    « Soi » est un tissage. « Parler de soi », c’est évoquer les fils que la tisseuse a tressés, le fil « on ne se voit pas vieillir » avec le fil « on se voit vieillir »… et tous les autres. Vive la vie et plein de bises.

    Répondre
  34. Lucien Marchal

    Mai 22, 2021 at 9 h 41 min

    Salut André… Heureux de retrouver ton regard, fidèle à toi même. Reçois mon amitié toute aussi fidèle malgré les si longs silences.

    Répondre
  35. Eric Facon

    Mai 22, 2021 at 10 h 11 min

    A quand un livre pour célébrer tout ça ?
    « Le cœur bleu d’Émile ». Je choisis ce titre.

    Répondre
  36. Sylvain BERGOUNIOUX

    Mai 22, 2021 at 19 h 06 min

    Entre deux rencontres fortuites au coin d’une manif, ton mail m’a infiniment touché, merci.

    Répondre
  37. Benoit Mougne

    Mai 22, 2021 at 19 h 17 min

    Merci André. Photos et mots très touchants, une fois encore

    Répondre
  38. FORESTIER

    Mai 23, 2021 at 12 h 00 min

    Magnifiques évocations de plusieurs vies, de plusieurs points de vues. J’espère remonter à Belleville un jour et vous y rencontrer. Amicalement Catherine FORESTIER

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *