Les cadeaux du hasard.

Le hasard est camarade,

il chante il caresse,

vous lui tournez le dos, il s’invite aussitôt et vous pince les fesses

tsss tsss,

vous croyez trouver, il vous souffle dans l’oreille quelque grossièreté,

vous croyez maitriser, l’ennui se glisse,

le hasard est vagabond, et la photographie est son enfant.

Ainsi, le rectangle, ou le carré, de la photographie se remplit d’histoires, et le monde est inépuisable!

(Cela fait penser à Hamlet, après sa rencontre avec le spectre de son père : « il y a plus de choses au ciel et sur la terre, Horatio, que dans toute ta philosophie »).

Et le hasard d’un appareil défectueux, un appareil panoramique .

Le photographe sortant du laboratoire, effondré, découvre sur son film le chevauchement des images.

Il décidera  de jouer avec ces cafouillements de l’appareil, une sorte de bégaiement, et tentera de les apprivoiser, chevauchements, transparences, superpositions….

Son goût de photographier les manifestations s’y trouvera multiplié, avec leur énergie, leur chant, leur force. Les luttes obstinées, les rêves sans cesse renouvelés viendront nourrir le photographe et son reste de romantisme.

Les premières amours: l’envie de faire du cinéma. Cette envie de raconter des histoires se retrouvera, hasardeuse, dans les séquences choisies dans les accidents de la pellicule. Peut-être une tentative de faire entrer le passage du temps dans le rectangle de la photographie.

Êtres humains, nous descendons aussi du songe. Les formes jouent avec nous autant que nous jouons avec elles. Nous avançons à tâtons les yeux grands ouverts et le camarade hasard nous embrasse dans le cou.

Toujours le hasard, bon camarade:  Un jour d’automne, en 2008, un vol d’oiseaux migrateurs traverse le ciel, en silence. Il dessine presque un A suivi du signe +.

Le photographe triche un peu et ajoute trois oiseaux, copiés-collés, sur son ordinateur.

Attendons le printemps, quelle lettre, quel mot dessineront ils à leur retour ?

Et quels visages mettrons nous alors derrière les masques, ou les images floutées de ceux qui nous étouffent ?

Au hasard, hier,  21 novembre 2020. Paris. Place des Droits de l’Homme.

Comments (32):

  1. Philippe Bissières

    Nov 22, 2020 at 16 h 45 min

    Merci André. Que l’appareil fonctionne ou dysfonctionne, peu importe en fait. L’important est de le « voir ». Voir ce qui (se) passe dans l’image. Question de regard. Choisir de nous le montrer, c’est le révéler, le revendiquer. Et c’est magique, au sens où le hasard est un formidable metteur en scène. Comme le photographe d’ailleurs… Amitié !

    Répondre
  2. Hélène Lemaire-Bergounioux

    Nov 22, 2020 at 18 h 07 min

    Merci pour ce beau cadeau dont on n’a pas envie de refermer le paquet.

    Répondre
  3. Patrick Legrand

    Nov 22, 2020 at 18 h 08 min

    Déjà, toutes ces compressions hasardeuses sont superbes, mais la dernière photo froide, franche et grillagée de la place des Droits de l’Homme, ce 21 novembre 2020, en ces temps de Darmanin, deux, un, deux, un, deux, un, deux, un, deux, un, deux… à droite, droite… fait exploser les sens…

    Répondre
  4. Octavio Espirito Santo

    Nov 22, 2020 at 19 h 21 min

    De cafuillage en cafuillage jusqu’a la REVOLUTION! Bien camarade continue!!

    Répondre
  5. Michel BREISACHER

    Nov 22, 2020 at 21 h 34 min

    Bonsoir André, Heureux de te savoir toujours actif et ‘croyant’ en l’avenir. Pourvu que nous soyons, nous aussi, à la hauteur d’objectif. amitiés et bonne continuité

    Répondre
  6. Jean-Yves

    Nov 22, 2020 at 21 h 51 min

    Bonjour André, merci pour ces nouvelles via ces images! Beau et profond, comme souvent!

    Répondre
  7. Philippe Rauscher

    Nov 23, 2020 at 8 h 28 min

    Merci André pour ces images toujours chargées en sentiments. La dernière reste malheureusement inquiétante. Affection de nous tous.

    Répondre
  8. Guillaume CHOCU

    Nov 23, 2020 at 9 h 36 min

    Merci André pour ces belles photos. J’aime bien voir la fusion, ça donne un bel effet de matière. Bonne journée. Amicalement.

    Répondre
  9. Catherine Gégout

    Nov 23, 2020 at 9 h 38 min

    Merci André, c’est un bonheur, tellement vivantCatherine Gégout

    Répondre
  10. fabre sylviane

    Nov 23, 2020 at 9 h 50 min

    au hazard des rencontres, j’ai rarement vu autant de tendresse et de belle lucidité… il a chez toi, la trace d’un Prévert, d’un Doisneau. c’est immensément riche d’émotions… tes récits sont beaux, sensibles généreux comme tes photographies. j’aimerais tant pouvoir les diffuser plus largement mais plus personne n’ouvre sa boîte mail désertée comme nos boîtes aux lettres. nous voilà tous réduits à l’état de rhizomes et il est difficile d’en percevoir la beauté des fleurs. merci.

    Répondre
  11. Valérie Pinard

    Nov 23, 2020 at 9 h 52 min

    Très beau. Profondément un hymne poétique à la lutte.

    Répondre
  12. Thierry Sarfis

    Nov 23, 2020 at 10 h 39 min

    Merci André. Ces images troublantes issues de l’humeur de ton appareil nous aide à réfléchir à la construction historique de notre point de vue esthétique. Amitiés.

    Répondre
  13. LARMANOU

    Nov 23, 2020 at 10 h 59 min

    Je suis heureux et fier que pendant des années tu aies offert ton talent pour illustrer À la Une le bulletin municipal de la ville de Gisors jusqu’en 2014
    Merci
    A bientôt pour une rencontre en battant le pavé à Paris
    Amitiés
    Marcel LARMANOU

    Répondre
  14. Fredo

    Nov 23, 2020 at 11 h 16 min

    Magnifique. belle idée. bien réalisée. C’est frais. Ça ouvre des perspectives nouvelles et on en a bien besoin. Bravo andré.

    Répondre
  15. françois mairey

    Nov 23, 2020 at 11 h 30 min

    Ce beau présent de mots et d’images est un réel plaisir. Grand merci André le talentueux

    Répondre
  16. Daniel Dalbéra

    Nov 23, 2020 at 13 h 19 min

    Bonjour André, Bravo et merci pour ce cadeau
    Daniel Dalbéra

    Répondre
  17. Eric LARRAYADIEU

    Nov 23, 2020 at 14 h 32 min

    Merci André pour ces nouvelles hasardeuses mais toujours tendres, militantes et profondément humaines. Bien à toi Éric

    Répondre
  18. JULIEN AUBRUN

    Nov 23, 2020 at 14 h 55 min

    Bravo André, c’est magnifique !

    Répondre
  19. Francesca Dal Chele

    Nov 23, 2020 at 15 h 47 min

    Poésie, réflexion, engagement. Haut les coeurs, les amis! Merci André – tout cela fait du bien.

    Répondre
  20. steen

    Nov 23, 2020 at 19 h 16 min

    Dejlig at høre fra dig, dine skøre tanker er meget sigende- Håber at se Catherine og dig næste år med kørlighed og venskab Steen

    Répondre
    • admLeJ4rre

      Nov 23, 2020 at 20 h 08 min

      We do everything we can to come and visit you,
      lots of friendships,
      André

      Répondre
  21. A. BARRY

    Nov 24, 2020 at 1 h 31 min

    Mon cher ami André, cette série le hasard ma fait un rappel de mes début de photographe, je me souviens une fois, j’ai faisais de photo dans une cérémonie de mariage en 1995 à Ndjamena dont je suis le photographe officielle. J’avais une petite appareil marque « Yachica Lens 38mm manuel », a cette époque il n’y avais pas de laboratoire photo à Ndjamena. Donc j’ai envoyé le pellicule au Nigeria voisin pour le faire développer et ce au bout d’une semaine que les photos. Ce là que j’ai découvert que mes photo son comme tes photos de ta (série Le Hasard). Dans chaque photo il y’a plusieurs images déçus en même temps et j’étais le seul photographe qui a photographier ce mariage. les mariés, leurs familles et leurs amis. Comme tu connaissais les Tchadiens je te laisse imaginé ce qui mon fait ce jour là…

    Alors que c’étais mon Yachica qui a fait une panne et moi je ne savais pas.

    Félicitation mon cher André.

    Répondre
  22. MILOT Chloé

    Nov 24, 2020 at 9 h 41 min

    « Le hasard fait bien les choses »; souvent je l’ai cru et je me sens confortée dans cette opinion avec cette galerie de photos que j’adoooore !!! Merci André

    Répondre
  23. Paul Pinchon

    Nov 24, 2020 at 10 h 47 min

    Et c’est où cette chance de voir qui d’avance m’enchante ? Grand merci à toi pour la si belle aventure poursuivie et pour longtemps.

    Répondre
  24. Paul Pinchon

    Nov 24, 2020 at 11 h 14 min

    Grand merci André pour l’aventure qui se poursuit et ce si bel enchantement de voir.

    Répondre
  25. Marie-Hélène Marzin

    Nov 25, 2020 at 11 h 58 min

    Merci pour tes photos

    Répondre
  26. Michel Séméniako

    Nov 27, 2020 at 17 h 58 min

    Les hasards du panoramique nous entraînent dans tes rêves éveillés et nous immergent dans l’histoire vivante, bravo André, ne lâche rien!

    Répondre
  27. Bernard Baudin

    Nov 28, 2020 at 0 h 48 min

    Cher André, j’entends encore le bruit du balayage de ton panoramique « Horizon » qui balbutiait et livrait à la fin cette bande d’un mètre cinquante de photos imbriquées… Mais où vais-je couper ? Te disais-tu… Les ciseaux du photographe un peu cinéaste et beaucoup poète tranchent dans ce qui n’était déjà plus du réel. Ton regard nous fait du bien, les mots qui l’accompagnent sonnent ou dissonent comme ce jazz que tu aimes tant. Une bien belle partition ! Encore !!!…

    Répondre
  28. Éric MADELAINE

    Nov 28, 2020 at 3 h 30 min

    Merci André !
    Y a pas…….. photo ! Tout cela, textes et images, est complètement Toi !
    La poésie y est à chaque fois présente. Chacun chacune sont autant de clins d’œil complices. Chacun chacune sont autant de battements de cœur chargé.s d’émotion.s.
    Merci André !
    AMITIÉ !

    Répondre
    • Éric MADELAINE

      Nov 28, 2020 at 3 h 32 min

      Je rajoute tellement à complètement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *