Confinement.

Coincés, on se regarde vivre, au ralenti, dans le silence de la ville. On tourne en rond, on s’occupe, on interroge sa vie .

Depuis un an, une chatte partage notre vie, elle est blanche, elle s’appelle Blanche, elle ne miaule pas, ou tout bas.

Blanche va de coussins en coussins, de genoux en genoux, elle a toujours faim.

Nous partageons ainsi le confinement, tête-à-tête complice, humble, animal.

Le monde semble s’être arrêté, Il n’y a rien de l’autre côté de la porte, rien ne s’y passe, le malheur du monde est toujours là, mais parle une autre langue.

On rêve de relire  « les intermittences de la mort » de Saramago.

Et là, au milieu des anciennes images, qu’on n’arrive pas à ranger, classer, mettre en ordre, puisqu’il semble qu’il faille mettre de l’ordre là où il n’y en a pas, ou si peu, reviennent celles d’un autre animal, Léo, le chat, le chat d’avant, roulé en boule, mort, glacé, dernière image d’un animal qui nous accompagna 17 ans, le temps que nos cheveux blanchissent.

Léo, la dernière image,  juillet 2016.

La dernière image d’une chronique de notre vie ensemble  constituée  jour après jour, à la suite de ses deux chutes du 6 ème étage, qui lui laissèrent des dents abîmées et un joli goût d’aventure.

« Un chat parachute »  comme le définit le vétérinaire qui recousu la petite mâchoire fracturée.

L’amour des animaux, d’un animal, paraît toujours bébête.

Il n’y a rien à dire.  Chaque être vivant a ses qualités et nous connaissons autour de nous, dans nos vies, des êtres humains doués d’une exceptionnelle dégueulasserie.

Léo le chat fut un animal malin, câlin, taquin, grande gueule, joueur, un lion de poche.

Et un jour, au cours d’un repas, parlant évidement de notre animal extraordinaire, Ronald Curchod, l’ami graphiste et peintre, nous annonça que  son chat se nommait également Léo, extraordinaire lui aussi.

Tout de suite, l’idée de faire une correspondance, photos et peintures, moi lui envoyant  les photos du Léo bellevillois, Ronald réagissant avec la magie de ses images .

Avec le rêve de faire un jour un petit livre avec toutes ces images….

Allez, faites vous plaisir, allez voir le travail de Ronald Curchod:

et pour finir, retour au réel, Blanche, jalouse (?), a faim, et adresse à tous son sourire le plus jaune:

Et mille bravos et mille remerciements à toutes celles et tous ceux qui font que notre monde fonctionne encore, pour que nous puissions continuer à vivre  vivants,  pendant  que nos premiers de cordée continuent à se la péter.

Comments (50):

  1. bruno charzat

    Avr 10, 2020 at 17 h 39 min

    merci André, pour toute cette douceur en images, toujours aussi belles.

    Répondre
  2. Jordan

    Avr 10, 2020 at 17 h 46 min

    sehr schön, die Katzenkater freuen sich auch

    Répondre
    • admLeJ4rre

      Avr 11, 2020 at 10 h 21 min

      « Il s’émerveillait de voir que les chats avaient la peau percée de deux trous, précisément à la place des yeux. »….
      tu te souviens ?

      Répondre
  3. CLAUDE-CHANTAL

    Avr 10, 2020 at 17 h 48 min

    En vous donnant mon mail : la mienne s’appelait Pussy et après 2 chutes du 5 ème étage, sans bobo, elle est tombée du 22 ème étage . Je pense n’avoir jamais autant souffert de la mort de ma chatte . Merci André de vos photos . Paix à Léo

    Répondre
  4. claude-chantal Tassin-Barbin

    Avr 10, 2020 at 17 h 51 min

    Bellevilloise depuis 35 ans je me sens bien dans ce quartier de Paris !

    Répondre
  5. Anne Godfrin

    Avr 10, 2020 at 18 h 01 min

    Comme il m’est agréable de lire et de regarder ce blog ! Merci

    Répondre
  6. Bruno TROMBINI

    Avr 10, 2020 at 18 h 04 min

    Bravo ! et merci

    Répondre
  7. Rachida

    Avr 10, 2020 at 21 h 20 min

    André Lejarre un grand photographe

    Répondre
  8. Jane

    Avr 11, 2020 at 0 h 33 min

    Beautiful cat! Beautiful photos!

    Répondre
  9. curchod

    Avr 11, 2020 at 8 h 26 min

    merci pour tes mots, c’est du plaisir et content de voir notre conversation de copains de chat!

    Répondre
  10. Eloi

    Avr 11, 2020 at 10 h 11 min

    … et j’aime les chats !

    Répondre
  11. BLUMENTAL

    Avr 11, 2020 at 10 h 43 min

    Toujours autant de talent André ! De créativité. Ce sont de belles œuvres.

    Répondre
  12. Jean-Louius BEAU

    Avr 11, 2020 at 11 h 29 min

    Le chat n’a pas fini de nous questionner et de nous rassurer… Pourtant si l’on dit parfois « voilà une vie de chien » on ne dit pas « voilà une vie de chat. Fascinant non ? Bravo André !

    Répondre
  13. Noreen 0'Shea

    Avr 11, 2020 at 12 h 20 min

    Bonjour André, merci pour ce blog, ce texte, de belles photos (comme d’habitude) et des images!

    Répondre
  14. Isabelle J

    Avr 11, 2020 at 13 h 02 min

    Merci de tout cœur André pour cette saudade féline et la grande douceur de tes images. Et oui, à quand ce livre ? ❤️❤️❤️

    Répondre
  15. Sigg Ivan

    Avr 11, 2020 at 13 h 35 min

    Merci André pour ce doux dialogue de matou photographe et de matou graphipeintre. C’est vraiment très beau. Mueslie notre énorme lionne qui a toujours faim et qui s’est déjà envolée deux fois à la chasse aux pigeons du 2ème étage, salut Blanche et Léo. Bises masquées et pattes de chat.

    Répondre
  16. Lucien MARCHAL

    Avr 11, 2020 at 13 h 45 min

    Merci André pour ces câlins félins. En fidèle amitié…

    Répondre
  17. Françoise denoyelle

    Avr 11, 2020 at 13 h 51 min

    Le duo Catherine/André est magnifique surtout celi avec la tête et le chat à la fenêtre
    Une complicité, une confrontationtrès efficace
    Bravo

    Répondre
    • TABES Helene

      Avr 16, 2020 at 22 h 16 min

      Merci André,
      C’est très émouvant.
      J’en ai les larmes aux yeux.
      J’espère que tu vas bien…

      Répondre
  18. oliva

    Avr 11, 2020 at 14 h 12 min

    Merci André pour ces belles images. Le travail fait avec ton ami graphiste est magnifique.

    Répondre
  19. Michel Vialle

    Avr 11, 2020 at 15 h 28 min

    Magnifique, mon cher André. Merci à toi.

    Répondre
  20. Marc Zajac

    Avr 11, 2020 at 15 h 35 min

    Merci André ! Je ne suis pas spécialement ami des chats, je n’ai jamais eu d’animal de compagnie, mais j’ai été touché par ton délicieux mélange : photos, peinture, chat, et belles paroles.

    Répondre
  21. Michel Grosman

    Avr 11, 2020 at 15 h 39 min

    Bonne idée André….effectivement le chat d’appartement est un maître es confinement

    Répondre
  22. Claudine

    Avr 11, 2020 at 16 h 44 min

    Merci André pour cette poësie de chats. Il faut publier ces photos/dessins c’est très beau. Amitiés

    Répondre
  23. Roger

    Avr 11, 2020 at 17 h 31 min

    Très beau récit. C’est une belle invitation au rêve, à l’échappée.

    Répondre
  24. maité Pinero

    Avr 11, 2020 at 18 h 03 min

    Merci beaucoup André. J’ai lu et vu avec mon Gribouille sur les genoux. Il trouve Blanche très blanche. Il est très étonné: il croyait que les chats étaient tous comme lui, tous noirs.

    Répondre
  25. Jean-Yves Maximilien

    Avr 11, 2020 at 19 h 07 min

    Merci André pour cette poésie féline!
    Bonjour à Catherine et toi de la part d’un ancien du quartier de la Place de la Réunion

    Répondre
  26. Sylla

    Avr 11, 2020 at 20 h 34 min

    Tu es un chat

    Répondre
  27. Ciot

    Avr 11, 2020 at 21 h 02 min

    Très beau moment visuel et littéraire merci

    Répondre
  28. Philippe Rauscher

    Avr 12, 2020 at 8 h 37 min

    Superbes photos qui nous ont permis de faire la connaissance de Léo, « le lion de poche »! Les animaux ont le pouvoir d’apaiser nos maux et l’amour que nous leur portons et qu’ils nous rendent sans modération n’aura jamais rien de bébête, sauf pour ceux qui ne savent pas. Merci André. Affection à partager.

    Répondre
  29. Patrick Maurieres

    Avr 12, 2020 at 9 h 25 min

    Merci pour cette belle respiration et cet entrechats

    Répondre
  30. llibert tarragó

    Avr 12, 2020 at 10 h 13 min

    Bonjour André, c’est un réel plaisir que tu offres. Aurons-nous les images de Calle 19 La Habana ? Nos souvenirs du peuple frère ? Je continue d’aimer tous ces gens, de leur parler dans la pénombre des souvenirs. Je t’embrasse.

    Répondre
  31. Jacques BUISSON

    Avr 12, 2020 at 10 h 21 min

    Merci André de tes messages et de ce partage.
    Sans animaux domestiques nous avons le temps d’observer les oiseaux qui viennent boire et manger sur nos fenêtres et dans nos jardinières.
    Souhaitons que les chats prédateurs de ces oiseaux abandonnent ses instincts de chasseurs pour cohabiter avec les volatiles pour le monde d’après.

    Répondre
    • admLeJ4rre

      Avr 12, 2020 at 16 h 13 min

      Jacques, tu ne peux pas imaginer combien ces oiseaux sont délicieux !
      Bien meilleurs que les mulots et les souris, il n’y a pas photo !
      Les musaraignes? pouah !

      Répondre
  32. FORESTIER

    Avr 12, 2020 at 10 h 46 min

    Bravo Andre, de la douceur dans ce monde bizarre qui nous pétrifie.

    Répondre
  33. quignon

    Avr 12, 2020 at 10 h 57 min

    Merci à André, Ronald et Blanche pour ce cadeau

    Répondre
  34. Guillaume CHOCU

    Avr 12, 2020 at 16 h 53 min

    J’aime beaucoup le mélange de textes et d’images. Une collaboration très constructive entre toi et Ronald.

    Répondre
  35. Steen Buus Nielsen

    Avr 12, 2020 at 16 h 54 min

    Very good pictures!

    Répondre
  36. Christian BEN TOLILA

    Avr 12, 2020 at 17 h 34 min

    Merci de m’avoir fait partager ce bel album plein de poésie , de chats et de magnifiques photos . C’est bien agréable dans notre environnement actuel.

    Répondre
  37. magoni fabre

    Avr 12, 2020 at 18 h 53 min

    merci André de nous offrir ces images, ce regard intime. c’est bouleversant ! c’est tellement beau, cet échange avec les images de Ronald Curchod. c’est très impressionnant cette qualité de travail. bise de michel.

    Répondre
  38. Catherine Jacquet

    Avr 12, 2020 at 23 h 12 min

    Je t’aime et te connais depuis tellement longtemps … Tu as tout ce que les autres ont oublié. Une douceur, une intelligence et un talent qui nous rend la vie belle. Je t’embrasse

    Répondre
  39. Benoit M

    Avr 13, 2020 at 1 h 27 min

    Qu’il est doux de revoir ce câlin taquin de Léo
    En ces tristes temps et ces espaces étroits

    Répondre
  40. Philippe Haumont

    Avr 13, 2020 at 17 h 55 min

    Juste comme il faut, en silences, ombres et gris, en douleurs, en tendresse, en lumière… en chanté.

    Répondre
  41. Giulia Rodinò

    Avr 14, 2020 at 14 h 39 min

    C’est très beau et très heureux, en somme ça fait du bien, merci 🙂

    Répondre
  42. Laurent Dujat

    Avr 18, 2020 at 17 h 57 min

    Nous avons des chat. Toujours noirs. Depuis 40 ans. Ils se mettent derrière la fenêtre. Les enfants du quartier ont rendez-vous avec eux. Ils sont à l’heure. Les habitants finissent par les croire éternels. Quand l’un d’eux meurt, en général, la rue nous en donne un autre.

    Répondre
  43. halary hureau mireille

    Avr 26, 2020 at 16 h 27 min

    beaux montages et pleins de sensibilités j’ai envoyé à mon frère (Daniel) et à ma soeur (Chantal) qui aime les chats….à bientôt mireille

    Répondre
  44. Finkelsztajn Yolande

    Avr 29, 2020 at 17 h 19 min

    cha fait du bien, finalement, de te suivre

    Répondre
  45. Hélène

    Mai 8, 2020 at 17 h 55 min

    Merci, André. Voir ce travail bien particulier, tiré de l’intimité d’une relation, fait beaucoup de bien.

    Répondre
  46. LATERRADE

    Août 19, 2020 at 19 h 57 min

    Lecture tardive mais très émue par ces belles images et ces belles lignes. Dommage que Chacha ne sache pas lire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *