Claude Baillargeon

Claude Baillargeon, l’ami graphiste, poète et photographe, nous a quitté voici 3 ans,

Au jeu du « Je me souviens », les soirées à refaire le monde, dans son atelier du Faubourg Saint-Antoine, puis à Hermet, en Mayenne, au milieu des bois, l’exposition que nous avions présentée en 1996 dans notre galerie du bar Floréal, celle  à l’Espace Niemeyer, en 2015, nos traversées de Paris, joueuses et bavardes, poétiques et politiques, l’absence de commandes malgré ses nombreux prix, puis la maladie dévorant son corps, le rendant léger, si léger, mais son esprit, si vif, radical, creusant toujours à la racine des choses, toujours aigu, jusqu’à la fin.

En 2003,  Le bruit des bottes,

La guerre en Irak,  avec le beau succès et le joli résultat que l’on sait.

1990, la France en est.

2003, on recommence ?

Jeu avec une paire de bottes

En cadeau, le rire de Claude, jouant avec Boudu, l’un de ses chats, à la table de sa maison d’Hermet, filmé par l’ami Jean Clais avec son téléphone.

Comments (19):

  1. Alberto Yaccelini

    Fév 9, 2019 at 13 h 59 min

    Très bien.

    Répondre
  2. Valat

    Fév 9, 2019 at 14 h 29 min

    Je me souviens également, autres souvenirs, mêmes lieux…

    Répondre
  3. philippe

    Fév 9, 2019 at 14 h 53 min

    on en veut encore

    Répondre
  4. Isabelle

    Fév 9, 2019 at 15 h 01 min

    Quel plaisir André de retrouver l’ami Claude, de lire ces mots et de regarder ces images, certaines nouvelles pour moi, d’autres déjà inscrites dans ma mémoire ! J’attendrai avec impatience la prochaine histoire…

    Répondre
  5. Finkelsztajn Yolande

    Fév 9, 2019 at 15 h 02 min

    Vraiment bien+++++

    Répondre
  6. Justyn

    Fév 9, 2019 at 16 h 10 min

    C’est une heureuse idée, André. J’attends avec intérêt ton prochain article.

    Répondre
  7. collas gilles

    Fév 9, 2019 at 17 h 24 min

    Superbe, André, touchant, juste, à ton image.

    Répondre
  8. Valérie Pinard

    Fév 9, 2019 at 17 h 41 min

    Magnifique André. Très beau projet que ce nouveau blog. je t’embrasse.

    Répondre
  9. pavlowsky

    Fév 9, 2019 at 18 h 38 min

    TROP BIEN!!!!

    Répondre
  10. Patrick Giraudo

    Fév 9, 2019 at 19 h 21 min

    Commencer le récit de ses souvenirs par celui de Claude, un bel hommage. Moins drôle, le bruit des bottes. On l’entend tous. Une tranche de saucisson dans les yeux, on sourit mais il ne faut pas.

    Répondre
  11. Marc Mentré

    Fév 10, 2019 at 6 h 33 min

    Voilà un blog(ue) qui commence fort bien. Et savoir que Claude Baillargeon avait peu de commandes en dépit de son immense talent est un crève-cœur.

    Répondre
  12. Jean-Louis Sagot-Duvauroux

    Fév 10, 2019 at 8 h 26 min

    Merci André pour ces souvenirs d’un homme si attachant, si humble, si talentueux. Il avait fait depuis sa poétique demeure d’Hermet une magnifique image pour le spectacle Ala tè sunogo (Dieu ne dort pas) de la Cie BlonBa. C’était peu avant qu’il s’en aille. Je te l’envoie avec mes amitiés.

    Répondre
  13. Abdoulaye BARRY

    Fév 10, 2019 at 21 h 02 min

    Tés touchant la série avec des bottes.

    Répondre
  14. Bruno TROMBINI

    Fév 11, 2019 at 8 h 31 min

    Etonnants !

    Répondre
  15. Aurélie Brun

    Fév 11, 2019 at 9 h 44 min

    Bravo !

    Répondre
  16. brigitte

    Fév 11, 2019 at 10 h 41 min

    merci André

    Répondre
  17. BLUMENTAL

    Fév 14, 2019 at 16 h 16 min

    De bien belles photo, André. Merci pour ce partage.

    Répondre
  18. quignon

    Mar 16, 2019 at 15 h 20 min

    superbe, toujours pertinent , il manque à tous

    Répondre
  19. Francois Fabrizi

    Mai 22, 2019 at 23 h 42 min

    Quel personnage c’était ! Bravo André et merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *